5 ans de NaNoWriMo

nanowrimo_2016_webbanner_participant

Le NaNoWriMo, pour ceux qui ne connaîtraient pas le principe, est le National Novel Writing Month. C’est un événement mondial au cours duquel les participants prennent le pari d’écrire un roman en 30 jours. Concrètement : 50 000 mots du 1er au 30 novembre. Soit 1 667 mots par jour.

Depuis 2011, j’y participe avec, à ce jour, un grand chelem d’échecs :

  • Je n’ai jamais atteint les 50k mots,
  • Je n’ai jamais fait publier les romans issus de cet événement.

Continuer la lecture de 5 ans de NaNoWriMo

J’aime la fanfiction, pas le plagiat

Depuis quelques jours, la planète Facebook est secouée par la découverte de nombreux plagiats : les auteurs de ces plagiats reproduisent, mot pour mot, des textes d’auteurs connus et populaires, en se contentant de modifier les prénoms des protagonistes (souvent pour des noms de chanteurs bien connus eux aussi 😉 ).

Je ne me prononcerai pas sur le RPF (Real People Fic), mais sur ce type de plagiat qui, malheureusement, n’est pas très innovant (les skyblogs ont vu ce procédé fleurir il y a des années, déjà).

Ce qui me chagrine, c’est l’amalgame entre fanfiction et plagiat qui se ressent. Les « auteurs » de ces plagiats prétendent ne faire que de la fanfic et qu’on nuit à leur « travail ». Certains commentaires sous les posts des auteurs originaux condamnent la fanfic parce que ce ne serait que du plagiat.

Et je suis juste… Non. Écrire de la fanfiction, c’est top. Et on n’est pas dans le plagiat, on ne vole pas un travail pour en tirer des bénéfices. Tout comme lire de la fanfic ne fait pas de nous des complices en privant un auteur de ses revenus.

Plagier, c'est risquer d'être puni. A bon entendeur :)
Plagier, c’est risquer d’être puni. A bon entendeur 🙂

Continuer la lecture de J’aime la fanfiction, pas le plagiat

Un weekend sur deux

 

Weekend(1)

Éditions Láska

Résumé : Lorsqu’il a rencontré Olivier, le voir un weekend sur deux convenait tout à fait à Sébastien. Cette relation avec un homme marié, essentiellement sexuelle et dépourvue de tout engagement, ne pouvait guère aller plus loin. Cependant, les années passant, Sébastien doit se rendre à l’évidence : il ne peut plus tenir ainsi. Voir la marque de bronzage sur l’annulaire d’Olivier le dérange de plus en plus, et apprendre la naissance future de son enfant finit de l’achever.

Continuer à vivre sans lui et, surtout, l’oublier paraissent plus que difficile. L’espoir est-il seulement encore possible ?

Continuer la lecture de Un weekend sur deux

À vos marques, prêts, NaNoTez !

cocotte-ruban

Eh oui ! C’est déjà cette époque de l’année (et, oui, mon titre d’article est tout pourri, mais si les pâtissiers peuvent le faire…).

Le NaNo a officiellement commencé hier. Comme d’habitude, je ne démarre que le 2 parce que 30 jours pour 50k mots, c’est trop facile et qu’il faut bien un handicap parce que le 1er novembre est l’anniversaire de n°1 et je n’ai pas vraiment le temps d’écrire.

Pour cette année, j’avais décidé de m’y prendre en avance et de mieux préparer le terrain, mais ce n’est pas encore ça.

J’ai terminé une correction et validé un projet de couverture pour mon éditrice, mais je ne suis pas venue à bout de mon autre correction (ce qui repousse encore une éventuelle date de soumission) et je doute d’avoir le luxe d’y passer du temps pendant ce mois de novembre…

 

Pour ce NaNo

Après une année 2015 passée principalement à faire des réécritures ou des corrections, j’ai un grand besoin de créer quelque chose de nouveau.

J’ai quelques projets en cours qui auraient pu profiter de l’élan du NaNo pour avancer, voire être bouclés, mais je ne me sens pas l’envie ou le courage de me replonger dans ces univers ou dans mes notes.

Voilà donc le point critique : j’avais dans l’idée d’être mieux organisée, avec un plan et tout, mais on ne change pas totalement du jour au lendemain. Du coup, j’ai une idée assez précise des personnages et un découpage avec des repères de temps pour l’avancement de mon intrigue.

Sur mes précédents textes, j’ai remarqué qu’en planifiant beaucoup (trop), je me heurte à différents problèmes et je me décourage parce que j’ai l’impression que mon intrigue et mes personnages deviennent artificiels à force de vouloir suivre le plan. En revanche, si je me lance sans filet, je vais avancer vite au début, avec tout l’enthousiasme de la création, puis la frénésie va s’essouffler et je vais me retrouver avec un texte inachevé sur les bras.

Comme j’en discutais sur Facebook, il me semble, il me faut toujours un peu de temps pour trouver le bon rythme dans une histoire et apprivoiser mes personnages. Mes corrections les plus pénibles sont toujours les débuts de textes : quand je tâtonne encore pour trouver mes marques. La différence avec la fin est flagrante, même si la période d’écriture est concentrée.

C’est pourquoi, je tente un semi-plan : j’ai détaillé les deux premiers chapitres avec les POV de mes héros et pris quelques notes sur les chapitres suivants pour savoir où, à quel moment et dans quelles conditions ils vont se retrouver, mais sans savoir comment ça va se dérouler. Ainsi, j’ai mon garde-fou mais assez de liberté pour laisser évoluer mes personnages.

De plus, il y a un enjeu qui me met à chaque fois en défaut lorsqu’il y a une deadline : ne pas faire de corrections en cours d’écriture.

C’est un très gros point noir pour moi : quand je me pose pour écrire, je peux passer deux ou trois heures à reprendre ce que j’ai fait auparavant et n’écrire qu’un ou deux paragraphes. Ce qui est une catastrophe en terme de productivité. Alors, il va vraiment falloir que je prenne sur moi pour avancer sans me retourner (il me restera décembre pour pleurer)(ou, si je ne résiste pas à la correction, je reprendrai ma bêta en attente).

 

Bon NaNo à tous !

 

We need more safe sex books

WNMSSB

We need more safe sex books est officiellement ouvert !

 

Pour ceux qui sont venus à la Yaoi Yuri Con 4, et qui sont passés sur notre stand, à Valéry, Viviane et moi, vous avez peut-être eu l’occasion d’échanger avec nous à propos de ce projet. Et nous avons été ravies de l’accueil qui lui a été réservé :).

Pour les autres, il est né d’une constatation : dans la romance, le sujet du safe sex est rarement abordé.

Il y a plusieurs raisons, autant du côté des auteurs que de celui des lecteurs : il peut s’agir d’un choix délibéré, parce que les lecteurs trouvent que cela casse l’aspect sexy des scènes ou parce que l’auteur estime qu’une fiction n’a pas à coller à la réalité. Et nous respectons ce choix.

Ceci dit, nous avons aussi constaté que d’autres lecteurs déploraient ce manque de réalisme dans les romances contemporaines. Ou que les auteurs auraient bien aimé introduire ces notions sans savoir comment s’y prendre.

Et parfois, tant que la question n’avait pas été soulevée, ils n’avaient pas conscience que ce pouvait être un problème.

Le but de ce projet est de proposer des articles sur différents thèmes, avec des solutions pour aborder de manière réaliste ces sujets dans toutes les romances ou romances érotiques : M/F, M/M, F/F, ménage, bi….

Mais aussi de publier des témoignages sur ce qui plaît ou manque dans les romances, des extraits de scènes sexy pour prouver qu’on peut éviter les comportements sexuels à risque tout en gardant lesdites scènes drôles ou émoustillantes. Bref, que le safe sex, c’est hot ;).

Les administratrices sont Valéry K. Baran, Louise Laëdec et moi-même. Nous sommes toutes trois auteurs de romance érotique et avons à cœur de donner des comportements sexuels responsables à nos personnages.

Sur le blog, vous pouvez retrouver tous nos articles, dont le premier traite de la distinction entre contraceptif et préservatif.

Si vous le souhaitez, nous vous encourageons à participer au projet : en partageant nos articles ou en proposant vos propres sujets, en nous soumettant des témoignages ou des extraits.

Rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur notre Twitter suivre toutes nos actualités !

 

Quitte ou double – Les 4 saisons

 

11221367_1616725581917332_2868468296507566812_o

Les 4 saisons

Résumé : Plutôt que de continuer à se déchirer à causes de leurs infidélités, Matthias et Justin ont décidé de devenir un couple ouvert. Cela leur permet de retrouver la passion des débuts et de surmonter les disputes sans avoir à discuter de leurs problèmes. Pour pimenter encore leur nouvelle vie, ils veulent franchir une étape en organisant un plan à trois… Mais un couple déjà fragilisé par des mois de non-dits peut-il survivre lorsque ses secrets pas forcément cachés sont révélés au grand jour ?

Continuer la lecture de Quitte ou double – Les 4 saisons